mardi 30 mai 2017| 14 riverains
 

L'hommage de la Goutte d'Or à Alain Bashung, citoyen du 18e arrondissement

JPEG - 99 ko
Alain Bashung vivait dans le 18e, au 8, villa Poissonnière. Une ruelle discrète, à l’écart des rumeurs de la ville.

Alain Bashung vivait villa Poissonnière, dans le 18e arrondissement de Paris, au cœur de la Goutte d’Or. De nombreux admirateurs ont rendu hommage au chanteur, mort samedi 14 mars 2009, en déposant des fleurs sur le pas de sa porte. Il menait une vie paisible et s’investissait, discrètement, dans la vie de son quartier.

JPEG - 98.7 ko
Les admirateurs du chanteur ont parfois glissé des petits mots avant de déposer leur bouquet de fleurs.

Villa Poissonnière, c’est une ruelle pavée, protégée par deux lourdes grilles, lesquelles ouvrent sur les rues de la Goutte d’Or et Polonceau. Loin de l’agitation de la ville, à l’abri des regards, le chanteur, mort samedi 14 mars 2009 à l’âge de 61 ans, menait ici une vie paisible. Les bouquets de fleurs sont déposés contre le portail, au niveau du numéro huit. Sous les premiers rayons du soleil, quelques admirateurs se recueillent en silence, assis sur le muret en face, les yeux rivés sur la haie qui masque la bâtisse. Quelques notes de musique s’échappent d’une fenêtre, au loin. Des enfants jouent dans les cours.

JPEG - 130.9 ko
Entre les rues de la Goutte d’Or et Polonceau, la villa Poissonnière est un lieu discret, au charme suranné.

« Je suis venu lui rendre hommage, car j’appréciais énormément son travail, chuchote Laurent, un riverain montmartrois. C’était un artiste authentique. Dans la veine des grands, comme Serge Gainsbourg. Mon disque préféré était Osez Joséphine. » Le jeune homme, qui devait assister à son concert du 18 mars 2009, au Grand Rex, ignorait que Bashung vivait dans le quartier. Cette jeune femme n’en savait rien, elle non plus. Elle est venue du 10e arrondissement. A déposé son vélo rue de la Goutte d’Or, avant d’acheter un bouquet de fleurs. Elle est émue. Griffonne quelques mots sur un bout de papier. Refuse d’en dévoiler la teneur. « C’est la première fois que j’agis ainsi, dit-elle. Je suis incapable de dire pourquoi. »

JPEG - 36.7 ko
Bashung, parrain de la Fête des vendanges de Montmartre en 2007, aux côtés d’Olivia Ruiz et de Daniel Vaillant.

Alain Bashung entretenait des liens étroits avec le 18e arrondissement. Côté médiatique, il avait accepté d’être le parrain de la Fête des vendanges de Montmartre, en 2007. Et, sans le dire, il reversait parfois une partie de ses cachets à des associations de la Goutte d’Or venant en aide aux enfants du quartier. Le maire du 18e, Daniel Vaillant, a rendu hommage au chanteur, en saluant « l’artiste au talent immense, dont le rock épuré séduisait le grand public comme les amateurs éclairés », soulignant que « cet habitant du 18e était un citoyen discret mais engagé pour son quartier populaire, la Goutte d’Or ».

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes