lundi 23 octobre 2017| 16 riverains
 

« Je rappe pour Marx-Dormoy - La Chapelle »

MR (à gauche), lors du tournage du clip Laissez-nous faire en 2011.

À tout juste 18 ans, MR signe déjà deux clips semi-professionnels sur Internet, dont un en duo avec Lartiste, vus environ 20.000 fois. Petit à petit, le jeune homme du 18e arrondissement de Paris se forge une réputation dans le milieu du rap et dans son quartier, Max-Dormoy Porte de la Chapelle, qu’il promeut.

D’emblée, il tient à préciser : « Même si je suis né à Marseille, je suis 100 % parisien ! », comme pour affirmer, justifier sa position. Dans ses chansons, MR, Mohamed Rouabhi de son vrai nom, est un jeune rappeur du 18e arrondissement de Paris, le 75018 (prononcé sept-cinq-zéro-dix-huit). Dans ses chansons, il promeut son quartier, Marx-Dormoy - porte de La Chapelle, parfois abrégé MaxDo - PLC, où il habite depuis 2003, et brosse un portrait du quotidien de ses habitants. Un portrait brut, dur. « Mes parents ont déménagé de Marseille en 2002, pour venir à Montreuil où on a habité un an, avant de s’installer à Marx-Dormoy, rue de la Chapelle. C’est ici que j’ai grandi, où sont mes amis et mes attaches. »

JPEG - 73.7 ko
Capture d’écran du clip "en bas du bat", réalisé début 2010

Dans son premier clip En bas du bat (bâtiment, ndlr), réalisé en 2010, il aborde son quartier par la violence et l’illégalité (« bienvenue dans le 18e, arme, gun, coke, shit, département trop dangereux, département illicite »), et reconnait, avec le recul, avoir un peu exagéré. « Ce clip, c’était mon premier, j’étais jeune. Pour autant, on ne va pas se mentir sur le quartier », explique-t-il. MR juge ce clip, qui compte près de 15.000 vues en un an, comme un essai, un passage. « Le texte était très engagé. Par manque d’inspiration parfois. Toutes les phrases étaient bonnes à mettre dans la chanson. » Quitte à être franchement cru ? « Je ne voulais viser personne » (Carla Bruni ou encore Rachida Dati sont citées dedans, ndlr). « Le rap, c’est un truc brut », se défend-il.

Cette lecture au second degré n’aurait pas été faite par tous les internautes qui, sur le site de partage de vidéo, lui auraient reproché d’être raciste. Notamment quand il chante « être rebeu et fier de mes origines, on souffre en silence comme les civils en Palestine », ce qui l’a contraint à fermer l’espace de commentaires. Un an plus tard, il estime avoir gagné en maturité et en réflexion : « Aujourd’hui, je ne dis plus les mêmes choses. D’ailleurs, les paroles d’En bas du bat, écrites en 2010 et celles de Laissez-nous faire, morceau le plus récent, n’ont rien à voir. »

Netape en décembre
Depuis plusieurs mois, MR est occupé à préparer la sortie de sa Netape, une compilation de 17 morceaux qui sera mise en ligne sur plusieurs sites à la fin du mois de décembre 2011. Deux clips sont prévus, l’un avec L’Artiste, rappeur de Bondy, qui l’accompagne sur Laissez-nous faire et un autre avec Alibi Montana qui n’est pas encore diffusé. « Je connaissais la musique des deux chanteurs. Mon producteur les a contactés, ils ont accepté une rencontre et, au final, un clip ».

S’il s’inspire des grands rappeurs américains, MR écoute également les chanteurs francophones comme Booba, Rohff ou La Fouine. Le jeune homme mélange aussi son rap aux sonorités orientales. « L’Artiste est d’origine marocaine, moi, algérienne », précise-t-il. Dans Laissez-nous faire, ça parle français, anglais un peu (motherfucker et biatch sont les seuls termes utilisés, ndlr) et arabe.

Capuche visée sur la tête, l’assurance affichée dans ses clips laisse place à une légère hésitation en interview. À tout juste 18 ans, ce lycéen en bac pro commerce et vente aimerait, comme beaucoup avant lui, vivre de sa passion. « Je mise tout sur la musique. Je garde un pied dans les études, un diplôme ça ne fait pas de mal... », explique-t-il, optimiste, même s’il sait que le chemin à parcourir est encore long.

Sa chaîne officielle sur Youtube
Sa page Fan sur Facebook

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes