lundi 24 juillet 2017| 24 riverains
 

Les éditeurs du 18e tiennent salon Halle Saint-Pierre

Jusqu’au dimanche 26 septembre 2010, un collectif d’éditeurs du 18e arrondissement de Paris investit la hall de la Halle Saint-Pierre, au pied de la butte Montmartre. Vente, exposition et conversations littéraires y attendent les visiteurs. Décryptage avec Luce Jame, membre du collectif.

« L’union fait la visibilité ». C’est sur ce constat simple qu’une dizaine d’éditeurs et d’associations ont décidé de se réunir en 2006 pour devenir le collectif des éditeurs du 18e arrondissement de Paris. Depuis jeudi 23 septembre 2010, et jusqu’au dimanche 26 septembre 2010, les membres exposent leurs ouvrages à la Halle Saint-Pierre, pour la 3e édition. Exposent, mais aussi discutent et vendent, « car c’est bien ça le rôle éditeur : prendre le risque d’imprimer un livre et assurer sa vente », précise Luce Jame, membre du collectif. Cinquantenaire passionnée par les livres, elle a monté sa propre maison d’édition en 1996, « Janus ».

JPEG - 27.2 ko
3e édition du salon des éditeurs du 18e, jusqu’au dimanche 26 septembre 2010, 18h.

Particularité du collectif : « Les membres sont tous différents ! » L’un est une association de poètes, l’autre un éditeur spécialisé dans la mythologie, un autre encore dans les livres sur la recherche personnelle. Ils n’ont qu’un point commun : la géographie, puisqu’ils sont tous installés dans l’arrondissement. « Nous nous sommes regroupés pour gagner en visibilité, mais il est difficile de faire plus. Chaque éditeur a son domaine de prédilection. Nous avons bien essayé de travailler avec le même imprimeur, mais les exigences de chacun étaient trop différentes. La seule manifestation que nous pouvons faire ensemble, c’est ce salon. » Des divergences qui n’ont pas que des aspects négatifs. « Aujourd’hui par exemple, sur le salon, nous pouvons proposer des livres aux thématiques variées, de la mythologie à la recherche personnelle, en passant par les romans, la poésie, et même la littérature engagée ! »

D’être indépendant, Luce Jame n’y voit que des avantages : « Pas de subsides donc pas de pression. Nous fonctionnons au coup de cœur », explique-t-elle, en précisant recevoir près de 30 manuscrits par mois sur son bureau. Passionnée par son métier, elle l’est. Un brin désillusionnée, aussi. « Les éditeurs sont les mal-aimés de la chaîne du livre : ce sont les premiers à devoir dire à un auteur persuadé d’avoir écrit une merveille que ce n’est pas le cas. C’est également eux qui prennent le risque de l’impression et de la vente. » Sur ce dernier aspect, Luce Jame retrouve un second point commun avec ses confrères : ils refusent tous que ce soit les auteurs qui payent l’impression du livre, comme cela peut se faire chez d’autres éditeurs. « C’est notre rôle que d’évaluer un livre, en comité, et de prendre des risques », martèle-t-elle.

Indépendant ne signifie pas pour autant isolé. Les livres édités par le collectif sont, en grande majorité, disponibles via les grands réseaux de distribution et sur internet. « Nos livres sont disponibles sur les sites spécialisés, type amazon.com ou chapitre.com. Une fois que l’internaute a commandé le livre via le site, nous lui envoyons, puis le site nous reverse le prix du livre. Enfin, nous reversons les droits d’auteurs. »

Une action commune est dans les cartons du collectif, et pourrait avoir lieu au printemps 2011, au marché du Poteau.

Programme du week-end

Le salon du collectif des éditeurs du 18e à la Halle Saint-Pierre, jusqu’au dimanche 26 septembre, de 10h à 18h. 2 rue Ronsard, M° Abbesses ou Anvers.

Vendredi 25 septembre 2010, de 15h à 17h, le collectif propose une promenade virtuelle dans Montmartre, au gré de différentes lectures. Rendez-vous dans dans l’auditorium de la Halle.

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes