mardi 26 septembre 2017| 22 riverains
 

Le Prix Wepler - La Poste décerné à Leslie Kaplan

La 15e édition du Prix Wepler-La Poste, décerné lundi 12 novembre 2012, a consacré deux femmes d’origine étrangère et appartenant à deux générations très distinctes : Leslie Kaplan, une figure de la vie culturelle post-mai 68, et Jakuta Alikavazovic, un jeune talent prometteur auquel revient la mention spéciale, qui a déjà été couronné en 2007 du Goncourt du premier roman.

Selon une indiscrétion révélée par le journal de la mi-journée de France-culture, le prix Wepler-La Poste proprement dit, doté de 10 000 euros, est revenu à Leslie Kaplan pour son 17e roman, « Millefeuille » (POL), l’histoire d’un vieux monsieur qui prend soudain conscience un matin qu’il est mortel. La Mention spéciale qui récompense « un ouvrage inclassable », dotée de 3000 euros, a été attribuée à Jakuta Alikavazovic, pour son « La Blonde et le bunker » (L’Olivier), une étrange histoire d’amour entre vaudeville et polar, qui joue avec le grand cliché de ce dernier genre : la blonde, femme fatale. Les deux distinctions seront officiellement remises aux deux lauréates ce lundi 12 novembre, à partir de 19h30, lors d’un cocktail à la brasserie Wepler de la place de Clichy.

Si plus d’une génération sépare les deux femmes, si l’une a à son actif une œuvre conséquente et reconnue tandis que l’autre n’en est encore qu’à l’aurore d’une carrière, elles ont en commun toutes les deux d’être d’origine étrangère comme, du reste, l’attestent leurs prénoms et leurs patronymes. Leslie Kaplan est née en 1943 à New York. Sa famille américaine émigre à Paris alors qu’elle n’a que 3 ans. Elle suivra des études de philosophie, psychologie et d’histoire.

Personnage de la vie culturelle

Leslie Kaplan participe à Mai 68. Comme bon nombre de militants maoïstes issus de la bourgeoisie, elle « s’établit » en usine entre 1969 et 1971. Elle se fera connaîtra en 1982 en racontant cette expérience dans son premier roman « L’usine-excès ». « S’établir » consistait à se faire embaucher comme ouvrier dans des usines afin de participer « à la révolution prolétarienne » rompant ainsi avec son milieu familial aisé. Leslie Kaplan devient alors un personnage de la vie culturelle gauchiste des années 80.

Un peu oubliée par la suite, elle continue néanmoins à produire régulièrement et plusieurs de ses romans seront adaptés au théâtre et au cinéma. Parallèlement, réminiscence sans doute de sa jeunesse militante, elle a dédié une grande partie de son temps à animer des ateliers d’écriture et de lecture dans les écoles et les bibliothèques de banlieue. « Leslie Kaplan, a dit un critique, ne se lasse pas de creuser dans la banalité apparente des êtres et des choses pour en faire surgir la drôlerie et le tragique » qui cohabitent en nous tous.

Explosion de la navette spatiale

Jakuta Alikavazonic est née à Paris en 1979 de parents serbo-croates. Elle a fait l’école normale supérieure et est agrégée d’anglais. À la fin de ses études, elle a parcouru l’Europe en train pendant deux ans. Elle a effectué ses débuts dans la littérature enfantine en 2004, en publiant à l’École des loisirs « Holmès et moi ». Trois ans plus tard, elle obtient le Goncourt du premier roman pour « Corps volatifs » (L’Olivier).

Son envie d’écrire lui est venue, a-t-elle confiée, en 1986, lorsqu’elle a vu la navette spatiale Challenger exploser en plein vol. « J’ai découvert que j’étais peureuse, dit-elle. J’ai alors envisagé l’écriture comme un compromis – une entreprise encore un peu aventureuse qui avait néanmoins le mérite de minimiser les risques de la désintégration » De quelle désintégration s’agit-il ? Mentale, physique, identitaire, culturelle ? La réponse est sans doute en partie dans les trois romans dont elle est l’auteuse(*).

(*) Si on respecte la logique du français, le féminin d’auteur ne peut qu’être auteuse ou autrice (acteur, actrice, danseur, danseuse), et non auteure.

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes