mardi 21 novembre 2017| 26 riverains
 

L'Oréal, la maison du rock et du gel coiffant

La maison située au 6 rue Muller, dans le 18e arrondissement de Paris, a hébergé, mardi 21 juin 2011, un concert de rock sponsorisé par la marque de cosmétiques L’Oréal. Un beau coup de pub, sur fond de Fête de la musique. Reportage.

Une toute petite mention sur le site internet de la Fête de la musique. "We Are Enfant Terrible et Gush en concert, au 6 Rue Muller", dans le 18e arrondissement de Paris. Deux groupes renommés sur la scène rock indé française en concert chez des particuliers : comment est-ce possible ? Mardi 21 juin 2011, entre Château Rouge et la butte Montmartre, les fans comprennent illico : l’étroite entrée de cette maison de trois étages est surveillée par trois costauds en costard-cravate. Des deux cotés de la porte sont plantés des drapeaux à l’effigie de L’Oréal, sponsor de la soirée qui lance pour l’occasion une nouvelle gamme de gels coiffants.

JPEG - 39.6 ko
L’immeuble situé au 6 rue Muller, pris d’assaut par les fans.

La marque de cosmétique est omniprésente. De charmantes hôtesses distribuent des T-shirts avec le dernier slogan publicitaire de l’entreprise : "I Can If I Want". Autrement dit : "Je peux si je veux". Des distributeurs de gels sont collés au mur. Les visiteurs peuvent se coiffer à leur guise. Des bacs remplis de canettes de boissons énergisantes conçues pour l’occasion sont placés un peu partout. « C’est une bonne surprise, expliquent Chloé, Abdoullah et Trixie, venus voir Gush. En plus, on est au taquet à cause des boissons énergétiques. » Abdoullah a même testé le gel “effet mouillé”, qu’il rebaptise rapidement “effet gras” : « Je m’en fiche un peu que ça soit un lancement pour L’Oréal. Mais bon, ils payent la soirée. Tant mieux ! »

Le 6 Rue Muller est aménagé pour l’occasion. Une pièce au premier étage, avec une Xbox pour ceux qui voudraient se laisser tenter par une partie de Guitar Hero. Un dernier étage transformé en lounge branché miniature. Les visiteurs voguent de pièce en pièce sans vraiment se douter qu’ils sont chez des particuliers. « Nous organisons souvent des évènements dans l’immeuble, mais c’est seulement la deuxième fois que c’est ouvert a tout le monde », explique Nicolas Ullmann, un comédien qui vit dans l’appartement et qui a contacté les groupes. Par exemple, le lieu a été utilisé auparavant, avec un accès limité, pour des expos photo ou son one-man-show. Mais dans l’esprit de la Fête de la musique, l’accès à cette soirée est libre. Et c’est L’Oréal qui rince. Une porte ouverte qui se referme assez vite cela-dit. Le service de sécurité fait en sorte que la foule ne dépasse pas les 200 personnes.

« Trop petit et trop de monde ! »

JPEG - 38.8 ko
Le 6 rue Muller, côté cour. Au fond, l’atelier où ont eu lieu les concerts.

Les concerts ont lieu dans un petit atelier au fond de la cour. Que ce soit pour We Are Enfant Terrible ou pour Gush, plus tard dans la soirée, le petit espace est vite pris d’assaut par les fêtards. Et ça en décourage certains. Mathieu, étudiant de 19 ans, est venu de banlieue pour les groupes. Mais il a vite déchanté : « C’est trop petit, et il y a trop de monde. » Pour ceux qui ont réussi à se frayer un chemin jusqu’à l’atelier, c’est la consécration. Dans une chaleur infernale, les harmonies à quatre voix de Gush ravissent un public conquis. Sur leur dernière chanson, “Let’s burn again”, toute la salle lève les mains en criant les paroles.

Après un remerciement à la grande marque de cosmétiques, le groupe quitte la salle sous les applaudissements, notamment d’Annaig, qui a adoré « l’énergie de leur live ». Pour Nicolas Ullmann, la fête est réussie. « C’était chaleureux, on a pu rencontrer les voisins et leurs enfants et les faire participer aux festivités. » Son prochain objectif : transformer le 6 rue Muller en maison hantée pour Halloween. Avec une marque de ketchup en guise de sponsor ?

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes