vendredi 23 juin 2017| 26 riverains
 

« Valoriser la richesse culturelle de la Goutte d'Or »

Le Cabaret des filles de joie était présenté en ouverture de la manifestation.

Dans le bruit, la fureur et l’élégance, le Cabaret des filles de joie a ouvert, mardi 15 mars 2011, le festival Bastringue à Château Rouge, dans le 18e arrondissement de Paris. Danièle Gambino, responsable de la programmation pour le compte du Centre Barbara Goutte d’Or, explique comment la manifestation s’inscrit dans le quartier.

Dixhuitinfo - Que voulez-vous montrer de la Goutte d’Or et du 18e arrondissement en organisant Bastringue à Château Rouge ?
Danièle Gambino - L’objectif des rencontres de la Goutte d’Or est de valoriser la richesse culturelle de ce quartier emblématique de Paris et aussi, pour les structures organisatrices, d’apprendre à mieux se connaître et d’être moteur d’une énergie de création, de partage et d’échanges pour les habitants du quartier et bien au-delà. L’histoire du quartier est suffisamment riche des mémoires ouvrières, populaires et de l’histoire de l’immigration pour intéresser un public diversifié, bien au-delà des limites géographiques du secteur. Il y a des quartiers "Goutte d’Or" dans beaucoup de grandes villes de France et ailleurs dans le monde.

A qui s’adresse cette manifestation ?

JPEG - 76.7 ko
Danièle Gambino ouvre la fête au Centre Barbara Goutte d’Or.

Cet évènement est pour tous, il est très important pour nous que sur ce type d’évènement les habitants du quartier et du 18eme soient au rendez-vous, et c’est le cas. mais nous travaillons à faire de ces rencontres un évènement parisien notamment grâce à des partenariats médias comme Nova ou A nous Paris qui touchent un public large. Déjà de nombreux spectateurs viennent des autres arrondissements de la capitale.

Est-il facile de faire travailler les associations du quartier ensemble sur ce programme ?
Ce n’est ni facile, ni difficile. Un des objectifs de ces rendez-vous est d’apprendre à nous connaître et nous sommes réunis par l’envie et le plaisir de travailler ensemble, même si parfois nous ne sommes pas confrontés aux mêmes difficultés d’existence et si nos missions sont différentes. La réussite qui accompagne ces rencontres nous conforte dans l’idée que c’est dans l’altérité et la collaboration active que la créativité artistique et la richesse intellectuelle s’épanouissent le mieux.

Quels sont les points forts de cette programmation ?
Au centre Musical, nous avons choisi de traiter la thématique des maisons closes, de la prostitution et des cafés concerts car nous avons souhaité rendre hommage aux formes populaires des cabarets, représentatives des spectacles de l’époque traitée, 1830-1930. Nous avons invité des artistes en musiques actuelles, des artistes d’aujourd’hui qui réinventent cet esprit dans la continuation de celui de l’époque : coquins, provocateurs, glamours... Il y a également des représentants de la chanson réaliste dans sa forme la plus contemporaine : Brigitte Fontaine en est la figure reconnue pour le ton décalé et libre dans lequel s’inscrivent aussi Sarah Olivier, L, Pauline Paris et Malkhior.

Et pourquoi "Le Cabaret des Filles de Joie" par exemple ? Pourquoi est-ce mieux que le Moulin Rouge ?
Le Cabaret des Filles de Joie est un cabaret burlesque punk. L’énergie, là encore, prime sur la perfection du rendu. Le spectacle proposé est décomplexé, en mouvement, libérateur et jubilatoire. C’est la raison de notre choix, sans compter que le Centre a pour vocation de révéler des talents. Le Cabaret, ainsi que la plupart des artistes comme P.O.U.F par exemple (à l’exception de Brigitte Fontaine bien sûr), sont en train de développer leur carrière.

Combien attendez-vous de spectateurs ?
Je ne peux parler que pour le Centre Musical. Nous attendons environ 2000 personnes sur ces cinq jours ce qui était déjà le taux de fréquentation de la manifestation l’Algérie à La Goutte d’Or.

Le programme complet de Bastringue à Château Rouge en cliquant ici.

Un spectacle coloré et bruyant
Habitants du quartier, associations, artistes, journalistes, étaient présents lors de l’ouverture de Bastringue à Château Rouge. Ils ont bavardé, échangé des contacts, avant d’assister au show burlesque « Le Cabaret des filles de joie ». Dans la salle Barbara Goutte d’Or, la couleur dominante était le rouge. Les filles au bar étaient vêtues comme des danseuses de vieux cabaret. La salle était comble.

Tout à coup la scène explosait dans une gerbe de couleurs. Le show de cabaret commençait. La foule acclamait les deux danseuses légèrement habillées. La musique jouait des rythmes jazz et rock’n’roll un peu rétro, des paillettes scintillaient et des plumes colorée, portées par des artistes à la fois comiques et glamours, dansaient sur la scène.

En sifflant, le public soutenait le spectacle. Puis, les filles ont changé de costumes et ont joué de la guitare électrique. La musique rock déchirait le bruit des conversations. C’était magnifique mais beaucoup trop bruyant. Au point qu’une partie du public quittait la salle.

Centre musical Fleury Goutte d’Or - Barbara
1, rue Fleury 75018 Paris. M° Barbès-Rochechouart
Tél. : 01 53 09 30 70
www.fgo-barbara.fr

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

1 commentaire

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes