mercredi 16 août 2017| 18 riverains
 

Un repreneur et 12 millions pour le musée de Montmartre

Erreurs de gestion et programmation inadaptée ont plombé les comptes du musée de Montmartre pendant plusieurs années.

Spécialisée dans la sauvegarde du patrimoine, la société Kléber Rossillon devrait gérer et rénover, pour 12 millions d’euros, le musée de Montmartre à partir de juin 2011. Le feu vert sera donné, mi-mai, par le conseil de Paris. Réunis en assemblée générale extraordinaire, samedi 30 avril 2011, les membres de l’association La Société du Vieux Montmartre ont voté en faveur du projet à l’unanimité.

Après plusieurs années d’errance financière, passé tout près de la fermeture fin 2009, le musée de Montmartre devrait bientôt connaître des jours meilleurs. Au terme d’un appel d’offre lancé voilà deux ans pour dénicher un repreneur susceptible de donner un second souffle au musée, la Ville de Paris a retenu la société Kléber Rossillon parmi cinq candidats. Créée en 1995 en Dordogne, l’entreprise est spécialisée dans la sauvegarde du patrimoine national. « C’est un beau projet, commente Daniel Rolland, président de l’association La Société du Vieux Montmartre, gestionnaire jusqu’alors de l’équipement situé rue Cortot. Cette candidature est tout à fait sérieuse et complémentaire de notre travail. »

JPEG - 65.9 ko
Niché dans la verdure, l’Hôtel Demarne, qui jouxte le musée, sera entièrement rénové.

Kléber Rossillon, dont l’arrière grand-père, créateur en 1898 du fameux Bibendum pour Michelin, habitait rue Lamarck, devrait signer avec la Ville de Paris un bail emphytéotique d’une durée de 53 ans. Ce document lui permettrait de gérer directement le musée de Montmartre. Moyennant quoi, la société s’engagerait à investir 12 millions d’euros pour la réhabilitation des immeubles situés au 8/10 et 12/14 rue Cortot (y compris donc, la rénovation de l’hôtel Demarne, aujourd’hui totalement délabré). Kléber Rossillon verserait également à la Ville de Paris une redevance annuelle de 15 000 euros, afin de s’assurer la jouissance des collections du musée. Les 7000 m2 d’espaces verts seraient aménagés dans le style des tableaux de Renoir. Ils comprendraient également un espace de restauration rapide. Les cinq salariés seraient conservés.

Kléber Rossillon, sémillant quinquagénaire, est venu lui-même présenter son projet aux membres de l’association, lors d’une assemblée générale extraordinaire, tenue samedi 30 avril 2011, dans les salons du Terass Hôtel, rue Joseph-de-Maistre. À l’issue d’un vote à main levée, son dossier a été adopté à l’unanimité par l’assemblée. « C’était le projet le plus carré, commentent plusieurs membres de la Société du Vieux Montmartre. Aujourd’hui, un musée doit être géré de manière professionnelle. » Désormais, le projet doit être soumis à l’avis du conseil d’arrondissement (une délibération portant sur les travaux de réhabilitation du musée sera mise aux voix lors de sa prochaine séance, lundi 9 mai 2011). La décision finale sera prise par le conseil de Paris les 16 et 17 mai 2011.

« Un verdict favorable serait un grand motif de satisfaction pour la Ville de Paris et, bien entendu, le 18e arrondissement, se réjouit son élue Carine Rolland, adjointe au maire du 18e, chargée de la Culture. Montmartre mérite un musée à la dimension de son histoire. C’est un projet tourné vers demain et respectueux de son environnement. » La Butte est le deuxième lieu parisien le plus visité après la Tour Eiffel. Plusieurs millions de touristes en arpentent les ruelles chaque année. Kléber Rossillon vise les 200 000 visiteurs tous les ans. Contre quelques milliers actuellement.

Lire aussi sur le site : Le musée de Montmartre entrevoit la lumière

Un rappel des faits dans La Tribune de l’art.

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

3 commentaires

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes