lundi 21 août 2017| 42 riverains
 

La civilisation africaine au coeur de la Goutte d'Or

Concerts, débats, expos photos, projections de films : Barbès l’Africaine, manifestation organisée jusqu’au 23 mai 2010 par l’Observatoire de la vie locale de la Goutte d’Or, raconte comment l’Afrique est liée à ce quartier populaire du 18e arrondissement de Paris. Interview de l’organisatrice et programme complet.

JPEG - 630.7 ko
Barbès l’Africaine : l’affiche des rencontres de la Goutte d’Or 2010

L’histoire de l’immigration africaine est au centre des Rencontres de la Goutte d’Or, dans le 18e arrondissement de Paris. Intitulé Barbès l’Africaine, l’événement se déroule jusqu’au 23 mai 2010. Il est organisé par l’Observatoire de la vie locale de la Goutte d’Or, en partenariat avec l’Institut des cultures d’Islam, le Centre musical Fleury Goutte d’Or-Barbara et la bibliothèque du quartier. La sociologue Fabienne Cossin, qui coordonne l’Observatoire de la vie locale et qui organise ces rencontres, revient sur les enjeux de cette nouvelle édition.

Dixhuitinfo - Pourquoi avez-vous décidé de parler des origines africaines du quartier de la Goutte d’Or ?
Fabienne Cossin - La Goutte d’Or a été marquée par les migrations africaines, qui ont débuté dans les années 1970, qui se sont intensifiées dans les années 1980 et qui ont acquis plus de visibilité dans les années 1990. Au cours de ces années, le quartier a beaucoup bougé. D’abord avec le plan de rénovation, puis avec d’importantes luttes sociales, notamment des sans-papiers. Le but de ces nouvelles rencontres est de raconter cette histoire, en montrant les apports de la civilisation africaine, dans le domaine des arts, notamment contemporains. On organise donc des débats, des concerts, des expositions, des défilés de mode, etc.

Concrètement, comment est organisée Barbès l’Africaine ?
La programmation est faite en fonction de l’identité de chacun des lieux partenaires. À la Salle Saint-Bruno, par exemple, on s’attachera aux problématiques en lien avec la vie du quartier de la Goutte d’Or. L’Institut des cultures d’Islam présentera notamment une exposition d’art contemporain ; le Centre musical Fleury Goutte d’Or-Barbara, une rétrospective sur la musique africaine ; la bibliothèque, des contes, pour mettre l’accent sur la littérature, etc.
Cette année, on a également associé des lieux complices, comme le Lavoir moderne parisien, l’Echo musée, le Café social ou l’espace Saraaba. Chacun de ces endroits présente une programmation en lien avec Barbès l’Africaine.

JPEG - 63.2 ko
"La Goutte d’Or a été marquée par les migrations africaines, qui ont débuté dans les années 1970, qui se sont intensifiées dans les années 1980. "

Quel est le bilan de l’édition précédente, qui portait sur l’Algérie ?
Nous avons été très satisfaits, car ce fut une vraie rencontre avec les habitants de la Goutte d’Or. On a connu un large succès : nous avons même manqué de place pour accueillir les gens. 4000 personnes y avaient participé (ndlr : le quartier de la Goutte d’Or compte environ 22 000 habitants). Et tous les âges s’étaient déplacés, car notre programmation s’adressait à tous les publics.

Quel est l’objectif de ces festivals ?
Notre but est d’associer les témoignages des habitants à ceux des historiens, de confronter les mémoires, de construire avec eux l’histoire du quartier. Pour cela, on organise des tables rondes, où les habitants sont invités à s’exprimer. Avec Barbès l’Africaine, on est en pleine construction de l’histoire du quartier. Peu de choses ont été écrites sur ces années, sur l’immigration africaine du quartier. Très peu de sociologues et d’anthropologues ont travaillé sur ces questions. Les résultats de ces débats seront publiés, comme l’année dernière, par les Xénographes, un éditeur associatif du quartier. Le livret sortira en décembre 2010.

Le programme

PDF - 932.5 ko
Cliquez sur le PDF pour ouvrir le programme.

Six visites guidées, huit expositions, deux ateliers, des espaces dégustations : voici le programme de Barbès l’Africaine

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes