lundi 25 septembre 2017| 488 riverains
 

L'Institut des cultures d'Islam expose des femmes artistes

Tanya Habjouqa - Occupied Pleassures.

L’Institut des Cultures d’Islam propose, jusqu’au 19 avril 2015, de découvrir une exposition gratuite qui réunit des œuvres de femmes issues du monde arabe et d’Iran. L’occasion de partir à la rencontre d’artistes qui n’hésitent pas à utiliser un humour grinçant pour évoquer la guerre et les conflits au Moyen-Orient.

Pour commencer sa saison 2015, l’Institut des cultures d’Islam (ICI), dans le 18e arrondissement de Paris, a choisi de mettre à l’honneur le travail de six femmes du monde arabe et d’Iran. Ces artistes sont rassemblées autour d’un thème grave : la guerre, sous toutes ses formes - visibles ou non - qui fait partie de la vie quotidienne de nombre d’habitants du Moyen-Orient. Ce travail s’intitule Cherchez l’erreur. C’est une belle exposition, à voir en libre accès l’ICI, jusqu’au 19 avril 2015.

Sur les deux sites de l’ICI (Goutte d’Or, au 56, rue Stephenson et Léon, au 19-23, rue Léon), les visiteurs peuvent ainsi apprécier les photographies, à la fois réalistes et décalées, de la jordanienne Tanya Habjouqa. La série Occupied pleasures, réalisée en 2013, au sein des territoires palestiniens occupés, capture des moments de la vie ordinaire dans une partie du globe pourtant secouée par la violence. Le résultat est intrigant, cocasse, parfois drôle.

JPEG - 93.7 ko
Nermine Hammam - Wetico An Akmee’s admirers - by Francesco Peluso.

Côté photographies, le visiteur est interpellé par les clichés de l’iranienne Gohar Dashti. La série Today’s life and war montre, de façon surréaliste, les moments banals de la vie d’un couple vaquant impassiblement à ses occupations, sur fond de guerre (soldats, chars, etc). Un mélange d’humour et de gravité, à l’esthétique soigneusement pensée.

La démarche de la palestinienne Raeda Saadeh est assez proche. Elle n’hésite pas à se mettre en scène elle-même dans ses photographies et vidéos grinçantes, questionnant ainsi la place de la femme dans la société palestinienne.

JPEG - 74.7 ko
Raadah Saadeh - Vacuum.

De l’humour noir, l’iranienne Shadi Ghadirian n’en manque pas elle non plus. Elle le prouve avec ses natures mortes décapantes. Son travail, Nil Nil, montre des compositions où surgissent des accessoires militaires dans la vie domestique : telle cette grenade dans une coupe de fruits, ou cet aspirateur en treillis.

De son côté, l’égyptienne Nermine Hammam active notre réflexion sur les images des conflits et leur manipulation, en intégrant, dans Wétiko : cowboys and indigenes, des photos militaires contemporaines, dénichées sur Internet, au sein de peintures orientalistes anciennes. Un contraste détonnant.

JPEG - 65.6 ko
Shadi Ghadirian - Nil Nil.

Zoulikha Bouabdellah, artiste franco-algérienne, se sert des formes géométriques de l’art islamique, pour les retravailler par exemple sous formes de fleurs de métal émergeant du béton. Elle y voit des symboles de révolutions qui s’extraient de l’ordre établi pour germer, tant bien que mal. Ou encore sous forme de couteaux, dont les lames s’épanouissent telles des plantes, en contraste avec la mort dont ces objets peuvent être porteurs.

« Ces femmes artistes déploient un imaginaire décapant pour composer un hymne à la vie, un hommage aux petits riens qui la composent et ce, en toutes circonstances », écrit Michket Krifa, commissaire de l’exposition. Laquelle est complétée par la vidéo pleine de colère We teach life, Sir, de la poétesse et performeuse Rafeef Ziadah, à propos du conflit israélo-palestinien.

JPEG - 30.4 ko
Zoulikha Bouabdellah - Les couteaux.

Infos pratiques
Cherchez l’erreur
Du mardi au dimanche de 10h à 21h sauf le vendredi, de 16h à 21h. Entrée Libre.
ICI Goutte d’Or
56, rue Stephenson, 75018 Paris

01 53 09 99 84
ICI Léon
19-23, rue Léon, 75018 Paris
01 53 09 99 84

À noter : jusqu’à la fin du mois de mars 2015, diverses manifestations culturelles sont programmées au fil de l’exposition.

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

3 commentaires

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes